week end aux aftiss - acte 1 - trajet Alger - Les Aftis

Publié le par Sam

Ah les vacances, comme dirait la grande poétesse Madonna « Holidays, i twill be so nice… », eh bien pour moi, pas de vacances, because boulot, mais quelques petites escapades, ici et là, histoire de profiter un minimum de la période estivale… Et c’est ainsi que, sur l’invitation de mon amie Fériel, nous voilà partis à pour quelques jours loin d’Alger, de sa chaleur et de ses embouteillages, direction les Aftis, petit village en bord de mer, à 36 km de Jijel, sur la fameuse corniche Jijelienne….

9h 30 : arrivée chez Fériel, on charge la voiture, tout y passe, fringues, draps, oreillers, bouffe, c’est parti, c’est moi qui prend le volant, direction Tizi Ouzou, petit arrêt essence + pipi + kahoua, on trace vers Azeffoun, jolie route de montagne, jonchée de détritus et d’hideuses habitations en béton du genre cube + 4 étages (1 pour 2 enfants) et garages au rez de chaussée, d’autres avec des toits en tuiles légèrement arrondis, un peu à la temple boudhiste, couleur grise ou marron de rigueur bien sûr….

13 h 00 : arrivée à Azeffoun, l’heure pour nous de déjeuner, Fériel me propose d’aller à l’hôtel La Marine, un batiment blanc et bleu cubique sans grand intérêt, et à l’entrée, le réceptionniste nous propose de tester le restaurant «  La Grotte », situé au sous-sol de l’hôtel…. On y va donc, à la grotte et là, c’est le choc : le propriétaire a reconstitué avec du ciment couleur caca d’oie, une véritable grotte, qui ressemble un peu au ventre des créatures du film Alien, genre placenta de monstre en gestation… Il y a même de fausses stalactites, quant à la déco, chaque recoin de la grotte est exploité pour mettre une poterie kabyle, un panier en osier, une ampoule pour diffuser de la lumière indirecte, c’est incroyable… Mais le plus incroyable c’est lorsque le serveur nous explique que pour faire ce restaurant, le propriétaire s’est inspiré d’un voyage… Au Mexique ! Je passerai rapidement sur la bouffe, inintéressante au possible mais la déco est tellement fascinante que j’aurai été prêt à avaler des araignées vivantes sans sourciller….

14 h 00 : on reprend la route, magnifique route de bord de mer, toujours les détritus, Saket, joli petit port encore préservé, Boulimat, foutu, le dos de dynosaure qui signale notre arrivée à Bejaia, se dresse au fond, somptueux, pendant que sur le flanc de la montagne on brûle les déchets de la décharge dans ce paysage de rêve… Arrivée à Bejaia, on contemple avec horreur les bâtiments de la nouvelle ville, béton marron, immeubles sans âmes, routes défoncées, heureusement que là haut, le vieux centre ville et ses petites ruelles en pente, ses escaliers, est toujours là, on quitte Bejaia, la longue ligne droite nous mène à Tichy, regard mi fasciné, mi horrifié à cette résidence de vacances aux immeubles multicolores à l’entrée de Tichy… Ah Tichy, station balnéaire populaire, air de fête perpétuel, on s’arrête à un café, et pendant que des familles avalent des brochettes goulument, des jeunes femmes en déshabillé et en pyjama, tombées de leur lit, prennent leur petit déjeuner, l’air las, travailleuses de la nuit dans les cabarets environnants…. Les boutiques exhibent des maillots de toutes les formes et de toutes les couleurs posés sur des bustes en plastiques et rivalisent avec les bouées de toutes les tailles et de toutes les formes, merci la Chine….

16 h 00 : direction les grottes merveilleuses, on passe Aokas, petit arrêt chez le marchand de vin pour faire le plein de chrab, Souk Eltnine puis arrêt à Melbou pour faire quelques courses avant de rejoindre la corniche, époustouflante de beauté, malgré le massacre en bonne et due forme qu’a fait l’actuel Wali de Jijel pour élargir une route qu’on ne peut élargir, mais ça, c’est une autre histoire… Les falaises, les petits passages dans la roches, la route qui serpente, les magnifiques criques, le paradis est proche, tout proche,encore faut-il être patient car un camion bloque la route, la longue attente, les négociations, les belek, les vas-y, les sétifiens en goguette qui sortent de leur voiture pour parlementer, les petits gamins qui vendent appareils photos et coquillages, made in China, les petites entrées de grottes avec leur enseigne « musée des grottes merveilleuse », le pont qui surplombe l’oued, l’oued qui se jette dans la mer, magnifique, j’adore….Ziama Mansouriah, joli petit village, son port, sa jetée et son petit pain de sucre, Taza et enfin, nous y sommes, les aftis, sa petite plage de sable rouge, la cantonnière en face, toujours debout, face à l’anse des aftiss, et assoupi, au fond, accroché au rocher, l’hôtel de Rachid, ses petites terrasses sur l’eau, hotel fermé, qui le temps de quelques jours, sera ouvert juste pour nous, quel luxe !

17 h 30 : Salah, le préposé aux cuisine, clone de Georges Moustaki, est à la porte de l’hôtel, il lit Kundera assis sur une chaise, Farid et Lamine nous accueillent, on descend l’escalier de pierre, on traverse le jardin, avec en face, la mer à perte de vue, on grimpe l’escalier en rondins de bois, la passerelle qui mène aux studio, le notre est au fond, avec sa jolie terrasse qui surplombe la plage, on est arrivés…. J’enfile un maillot, Caroline et Christophe sont déjà arrivés, ils barbotent dans l’eau, ils nous font de grands signes, je descend les escaliers en pierre, une techebbika, mmmmm, ça y est c’est ma première baignade,l’eau est chaude à la surface, fraiche au fond, des petits poissons sillonnent le sable fin, le bonheur existe, et il va durer quatre jours….

Publié dans alger-intime

Commenter cet article

oranaiso 14/04/2009 19:42

Que deviens-tu Sam??

scribou 15/02/2009 11:43

question existentielle: pourquoi nous aimons l'algerie quand on est ailleurs,et nous la détestons lorsque nous y sommes!!!???http://guernina.tchatcheblog.com

Cavallos 13/11/2008 21:53

bonjour,
Vous avez très bien décris le lieu, je suis natif des Aftis, mais chez rachid !c'est magique, que dieu bénisse les Aftis et que le wali  quitte la ville.... 
merci !cdt

Nadia 18/07/2007 14:56

Comme c\\\'est drôle
Les Aftis...l\\\'hôtel de Rachid....
j\\\'y étais également en août 2006.

Fred 02/07/2007 11:10

Le week end est tremidé depuis près d'un an et tojours pas de retour. Ca c'est un sacré week end. J'aimerais bien en avoir d'aussi longs. Bon voyage...